Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean Vaysse

LE PLAN B

      Vient de paraître le numéro 2 de ce bimestriel dont l'objet est  « critique des medias et enquêtes sociales »

     Ce beau journal, écrit au vitriol, associe enquêtes à la fois corrosives et réalistes et mise en cause documentée du  « Parti de la Presse et de l'Argent ». A la rubrique sociale, le N° 1 verse son dossier  « Les ouvriers français sont des Arabes comme les autres » sur les travailleurs « émigrés » au Luxembourg (ou simplement frontaliers), le N° 2 s'attaque à Carrefour et à ses méthodes de management...

      En pages centrales de son premier numéro , le Plan B offrait un magnifique tableau très fouillé traçant la carte détaillée du PPA (Parti de la Presse et de l'Argent) : qui possède quoi? Telle est la question. Quel groupe financier possède quel groupe de presse? A qui appartient le journal que je lis chaque semaine ou chaque matin? Edifiant! La rubrique « démontage de texte » qui décortique, comme son nom l'indique, un bref texte à caractère « économique » ( extrait d'une émission de France Inter dans le N° 1, article du Monde dans le N°2) vaut le détour, de même que l'impertinente rubrique « le procès » qui met en accusation Jacques Séguéla (le Plan B 1) ou Franz-Olivier Giesbert (le Plan B 2).

     Particularité rédactionnelle : les articles ne sont pas signés. Explication : « Un travail collectif ne se signe pas ou se signe collectivement ce qui revient au même. Cette démarche est salubre en ce sens qu'elle va à l'encontre de la personnalisation dominante dans la presse et dans les médias. Elle est le contre modèle du culte de l'individu et de l'intérêt particulier sur lequel s'appuie toute l'idéologie libérale actuelle ». Intéressant et discutable...

     Quand je suis tombé, presque par hasard sur le Numéro 1 à la maison de la presse, je me suis rapidement intéressé à ce journal mais je me suis demandé : qui l'écrit? Qui le finance? qui est derrière? Cette question que la rédaction du Plan B nous invite à nous poser à propos de nos journaux habituels. Les individus nodaux qui peuplent le petit monde de la presse et des médias, de Séguéla à Laurent Joffrin, sont pris à partie et scrutés à la loupe dans les colonnes du Plan B. Le Plan B ne tombe-t-il pas dans le fameux paradoxe du barbier...qui rase tous ceux qui ne se rasent pas eux-mêmes. Question : le barbier se rase-t-il lui-même? Plus sérieusement : qu'adviendra-t-il si deux (ou trois) points de vue différents se dessinent sur un même sujet au sein de la rédaction? Aura-t-on droit à un débat « fantomas contre Arsène Lupin » ?

     Je propose ici un thème de dossier : le feuilleton de France 3 « Plus Belle la Vie ». « Un « anti-Dallas », qui pousse à la réflexion » me dit un ami. « Gentil, social, mais un peu mièvre » me répond un autre. Le Plan B nous donnera-t-il un avis collectif sur le sujet? Ou ouvrira-t-il le débat? J'attends avec impatience. Qui est derrière Le plan B ? Heureusement, Emile m'a rassuré : « je connais quelques gars de cette rédaction, ce sont des gens très chouettes ».

      Pour ma part (esprit de contradiction, quand tu nous tiens!), je serais plutôt partisan d'aller « à l'encontre de la dépersonnalisation dominante dans la presse et dans les médias. Je trouverais salubre de poser le contre modèle de l'écrasement de l'individu et de sa singularité qui est le propre de la machine à broyer libérale ».

     Cela se discute, mais je persiste et signe. Jean Vaysse.

 Allez voir :  http://www.leplanb.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article