Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean Vaysse

 
Quand virtualité et réalité se mélangent

Hier soir sur TF1 dans Les experts, Miami, David Caruso était confronté à un sérieux problème. Les braqueurs et meurtriers se comportaient de façon en apparence illogique. On découvre alors que ces criminels sont des joueurs qui suivent les scenarios d'un jeu de console en le transposant dans la réalité. En tuant un policier dans la banque le joueur marque 5000 points et peut passer au niveau suivant du jeu. La virtualité prend le pouvoir dans la réalité et ce putsch provoque d'atroces dégats.On est passé du virtuel au réel aussi facilement que, dans ce paragraphe, j'ai glissé de l'imparfait au présent de l'indicatif : du récit à l'action, de l'histoire au vécu. Mélanges glissants, comme une chaussée verglacée.

Changement de plan : on laisse la télé et les Experts et on passe sur Internet. Dans le jeu sur Internet Second Life (cf. http://medianalyse.blogspot.com/  ) un grand nombre de joueurs (un ou plusieurs millions ?) se connectent à un univers virtuel dans lequel ils achètent du terrain, gagnent de l'argent dans la monnaie du « pays » (le linden dollar), et se déplacent à pieds, à cheval, en voiture mais aussi par téléportation ou en volant à la façon de Superman. Ce monde virtuel leut propose une deuxième vie (Second Life) ressemblant à la vraie mais en plus attractif où tout peut vous arriver : le pire...mais vous êtes dans votre fauteuil ; le meilleur (quoi, la fortune en Linden Dollars? Mais là, c'est convertible en réels petits billets verts. Car les terrains et propriétés construits virtuellement dans Second Life sont dans la réalité des espaces sur internet, ayant de ce fait une valeur réelle et monayable).

Le Front National (de Jean-Marie Le Pen, vous savez celui qui est arrivé au deuxième tour de la Présidentielle en 2002) vient d'ouvrir une permanence de campagne électorale... dans Second Life. La question n'est pas de savoir quelle valeur en dollars elle aura à la revente mais combien d'électeurs réels et de militants cela permettra de recruter. Les Frontistes virtuels deviendront-ils des Le Penistes réels?

Les fascistes en puissance vont s'engouffrer dans cette brêche. L'avantage du fascisme virtuel, pour les « joueurs » qui n'aiment pas trop les limites qu'impose la réalité à leurs fantasmes politiques, c'est que pas grand chose dans Second Life ne s'oppose à leur soif de toute puissance. D'une toute puissance réelle dans le monde virtuel. Voulez vous ainsi circuler par la voie des airs, comme les super-héros, dialoguer avec la réincarnation virtuelle d'Adolphe ou de Benito, vous affranchir des « détails de l'histoire » ou construire des « camps » pour de rire (!?), qui vous en empêchera ? Les réseaux ainsi construits peuvent acquérir une puissance virtuelle dans le monde réel : inversement de perspective, Mélange glissant, dérapages assurés.

Qui me dit qu'après ces mauvaises paroles, mon site ne va pas faire l'objet d'une attaque virtuelle pour me punir de mes propos outrecuidants ?

Je propose de travailler le rapport entre réalité et virtualité. Avec, par exemple, ce syllogisme, proposé ici comme hyptohèse de travail : le virtuel fait partie du monde réel ; dans le prétendu « monde virtuel » la réalité n'est qu'un mythe, organisé en signes ; donc le monde virtuel n'existe pas. Syllogisme? Ou sophisme? Ou tautologie ? Commentaires SVP.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article