Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean Vaysse

Dans Avoir ou Etre, un choix dont dépend l’avenir de l’Homme, Erich Fromm s’interrogeait sur notre époque où même les relations humaines sont souvent pensées, ressenties, vécues en termes de possession : ce qu’il appellait « le mode Avoir ».  Dans le mode Etre, à l’inverse, ce qui a de l’importance est ce qu’on est plus que ce qu’on a.
 
Ainsi, au lieu de « j’aime », on dira « j’ai un amour », si le mode avoir est celui qui l’emporte. Ou « j’ai une pensée » au lieu de « je pense ».
 
Vaut davantage celui qui a non seulement un bon compte en banque mais aussi un bon « compte identitaire » : qui a un amour digne de ce nom, une pensée valorisante, des amis de valeur, une existence riche en tout point.
 
En lisant cela, on se surprend à scruter son propre discours : « suis-je quelqu’un de possessif, qui thésaurise les sentiments, ou un être actif et aimant ? La façon dont je parle trahit-elle cette identité ? » On redoute alors de se surprendre soi-même en flagrant délit d’« avoirisme ».
 
C’est aliénation de ne plus aimer ou penser mais seulement « avoir » des sentiments ou des idées… Et faut-il faire des « efforts pour avoir de la volonté » quand on veut vraiment ? Mais c’est tomber dans une autre forme d’aliénation que de s’enferrer dans une sorte d'idéal de l’Etre-en-soi.
 
Etre ou Avoir : un choix dont dépend l’avenir de l’homme ? Certainement.  Un monde qui ne se préoccupe plus que d’accumuler court à sa perte. Mais on ne peut pas non plus être sans avoir : que sont et que deviendront ceux qui n’ont rien, pas de travail, pas de logement, pas de papiers… ?  
 
Réflexion sur le langage, réflexion sur l’état du monde… Je vous invite à poursuivre le sujet sur le blog  http://erich-fromm.blogspot.com
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article