Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Brother

 

Qu'elle emprunte le sens à ntous

 

 

 

 

 

 

 Cet article de BROTHER est repris de sa réponse aux six défis avec son aimable autorisation. D'autres extraits suivront.

 

 


Je suis passionné de jeux de stratégie. Jeux et traités, logiciels et mag. d’échecs, go, backgamon ont déjà occasionné plus de soixante-quatre nuits, alternativement blanches et noires.

 
J’aime les gambits, les sacrifices spéculatifs, les verrous de coins, les golden point, le bar et les backgame, les combinaisons en tout genre, l’influx, le mélange ou le flux, l’enchaînement de séquences de coups simples, tordus, forcés, subtils, stupides, d’attente, limpides voire hybrides, j’aime la pression du temps aux échecs, la cadence au back, la lenteur au go, j’aime aux Echecs que la menace soit plus forte que l’exécution, à l’inverse de la tauromachie où les seuls jeux de cape me satisferaient tout à fait, car ils ne menacent guère que la vie du torero.En bref et en l’occurrence j’aime. Tout court j’aime. Tout cours jette, courgette. J’aime aussi les poireaux. J’aime tout simplement ce que l’on appelle dans le milieu des échecs « la tactique » la recherche par un calcul précis d’enchaînements de coups qui seront les meilleurs moyens, les agents les plus zélés d’une belle idée stratégique ou de plusieurs fusionnelles. Un peu comme dans ces univers inconnus, jaillis de la SF, ces mondes étranges à la Heinlein ou à la Delany dans lesquels nous nous retrouvons soudain, déportés par l’effet de deux paragraphes et d’un saut de puce, déportés ou plutôt télédéportés, dans une réalité de pure fiction, dans un monde imaginaire, certes, de pure invention oui, mais pétri de codes, de conventions qui défient bien pourtant l’imagination.Si l’imagination du joueur d’échecs tout comme celle de l’écrivain crée autant son propre usage de la syntaxe, voire de la grammaire de l’imagination, qu’elle emprunte le sens à ntous ses illustres prédécesseurs et contemporains, les lecteurs aussi, par le dialogue que suscite une partie ou une lecture partagées, créent des mondes en commun.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article